Commission européenne: Le secteur immobilier espagnol croit de 6%

Partager Pia Arrieta | Mar 23 2016

Au fur et à mesure que le marché immobilier européen se redresse, la situation générale s’avère positive pour les propriétés immobilières espagnoles. En effet, un nombre croissant d’experts prédisent une augmentation des prix d’environ 6 % pour 2016.

Commission européenne Le secteur immobilier espagnol croit de 6%

Certains de ces « voyants immobiliers » présentent un grand intérêt dans le fait d’affirmer que le marché est en hausse. Par exemple, le site internet spécialisé dans l’immobilier Servihabitat a prévu une hausse de 6,3 % ; alors que La Caixa parle d’une augmentation de 6 %. La Commission Européenne (CE) prend en compte des chiffres indépendants qui reflètent l’idée que le marché immobilier espagnol fera l’objet d’augmentations significatives d’environ 6 %. Selon le rapport de Prévision Économique Européenne de l’hiver 2016 réalisé par la CE, l’Irlande se positionnera en tête en Europe avec une hausse de 6,5 %, suivie de Malte et de l’Espagne.

Bien que les montées des prix ne se reflètent pas sur tout le continent (la Grèce, la France, la Belgique et la Bulgarie verront leurs prix chuter), les données disponibles démontrent à la CE qu’une perspective optimiste attend l’Espagne, étant donné qu’elle se trouve à la tête de l’Europe en ce qui concerne la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB). Cet optimisme s’explique non seulement grâce à l’amélioration de l’économie, mais aussi grâce au fait que les propriétés espagnoles soient abordables. Selon les derniers chiffres disponibles, une maison typique de 100 m2 en Espagne coûtait à un espagnol moyen l’équivalent d’environ 10,1 ans de travail en 2014. Ceci contraste avec les 15,6 années nécessaires à l’acquisition d’un logement, lors du pic du marché en 2007, montrant ainsi que les propriétés sont davantage accessibles.

En Irlande, les chiffres correspondants sont les suivants : 11 années en 2014 et 16,8 ans en 2007. Il s’avère intéressant que les données du Royaume-Uni, où le prix élevé des biens immeubles est un sujet récurrent, sont respectivement de 10,8 et 11,3 ans. Ceci indique peut être qu’il n’y aura pas de ralentissement de l’investissement britannique dans le secteur immobilier espagnol, puisque les citoyens anglais ont encore de l’argent à dépenser.

La CE espère que tous les indicateurs économiques continuent à prouver une amélioration constante, avec une baisse correspondante du taux de chômage de 18,7% en 2017, considérablement inférieure à celui enregistré en 2014 (24,5 %). Ce phénomène peut également avoir un effet sur la demande dans le marché immobilier au fur et à mesure que davantage d’acheteurs se décident à investir.

Si nous jetons un coup d’œil au nombre de transactions concernant des logements en Espagne au cours de l’année 2015, l’Institut National de Statistique espagnol (INE) a enregistré 354,132 ventes, un nombre similaire à de 2011. En 2014, ce dernier atteignait les 319,389 propriétés vendues. De plus, avec presque 20 % des hypothèques accordées en 2015, on remarque que le redressement du marché immobilier de Marbella, ayant débuté en 2013, gagnera tout le pays.

Si vous vous posez des questions quant au fait d’investir dans le marché immobilier de Marbella, contactez-nous. Diana Morales Properties connaît en profondeur le marché local et peut vous offrir les meilleurs conseils.

Source : European Commission.


  • Partager cet article